mardi 28 septembre 2010

En Floride la justice immobilière organise l'injustice.

En Floride, des tribunaux ad hoc sont chargés des procès en expropriation et, expédient les audiences en 30 secondes, spoliant les citoyens au profit des banques...

Florida’s Kangaroo Foreclosure Courts: Judges Denying Due Process on Behalf of Banks

La fin du clivage gauche/droite : maintenant c'est l'individu contre l'entreprise

The Left Right Paradigm is Over: Its You vs. Corporations The Big Picture

Enfin une vision synthétique de la crise, qui prend du recul et expose le fond du problème.

Colossal Judgement Failures in Mortgage Mess


La cause essentielle de la crise du crédit et de la récession qui en découle n'est pas à chercher dans les défauts de la règlementation bancaire, mais bien dans le mépris délibéré de cette règlementatioin par les banquiers. La nouvelle règlementation Bâle III et la modifications des lois ne nous protègent donc pas de la dérive, d'essence morale et non d'essence technique, qui nous a conduits à la crise de 2008.



Un excellent exemple du mépris des règles est relaté dans cet article, consacré à la gestion des prêts hypothécaires aux USA. L'auteur est pessimiste sur les possibilités d'améliorations, car selon lui, les plus hauts responsables font tout pour que le problème soit traité au cas par cas, et non pas dans l'ensemble.
Read the Article at HuffingtonPost

lundi 20 septembre 2010

Luciano Canfora, "la démocratie"

Dans "la Démocratie", Luciano Canfora, fait la peau à deux mythes fondateurs qui ont la vie dure : la Révolution Française de 1789 et la République démocratique Athénienne.

La France avait envoyé Lafayette soutenir la révolution Américaine contre la couronne d'Angleterre. Prenant conscience de la puissance des Classes Moyennes, qui avaient remporté la révolution aux USA, et de l'efficacité des institutions mises en place par les Pères fondateurs américains, Lafayette s'associe au parlementaire Mirabeau pour déstabiliser le pouvoir de la noblesse en France.

Le plan consistait à instaurer une Monarchie constitutionnelle en France, dont Mirabeau aurait été le premier Ministre et Lafayette genre Ministre de la Défense à vie, en agitant le peuple de Paris contre la couronne et la noblesse. Mais le coup a dérapé, le peuple a arraché Louis XVI à Lafayette (qui en était le protecteur et le gardait à vue sur ordre du parlement) et l'a décapité.

Le peuple ayant pris le pouvoir a fait des purges sanglantes dans la noblesse, le clergé et dans ses propres rangs ("La Terreur", Danton, Robespierre, etc.) a vidé les caisses de l'État, confisqué les biens des nobles et bradé les biens de l'église pour subsister. Quand les caisses ont été vides, le peuple s'est jeté dans les bras d'un autre général, pour en faire son dictateur à vie : Napoléon Bonaparte.

Il n'y a donc rien de très lumineux dans la révolution française, et je ne pense pas que notre idéal démocratique ait quoi que ce soit à voir avec la terreur ou la dissolution idiote des richesses accumulées par les privilégiés de l'ancien régime.
Mais les philosophes des lumières (Diderot, Rousseau, etc.) avaient tellement encensé la démocratie grecque que les révolutionnaires ce sont réclamés de ces écrits pour mettre en place leur république incapable.

On soulignera d'ailleurs que la démocratie Athénienne concernait 500 familles, qui employaient 13.000 esclaves, notamment dans les mines d'argent du Laurion, dont Athènes a tiré toute sa puissance... cherchez l'erreur!

Bref la démocratie, au sens où nous l'entendons quand nous lisons Libé ou écoutons la RTBF, n'a jamais existé, si ce n'est dans la tête de quelques philosophes d'origine bourgeoise, éblouis par la clarté d'un siècle d'illuminés...